Une messagerie sécurisée en 2016 ?

Internet et les nouvelles technologies font désormais partie de notre quotidien. Il devient obsolète de maintenir entre les médecins une communication via les réseaux classiques, notamment les courriers papiers et les fax. Gain de temps, économie, écologie, on ne peut que rêver d'un réseau médical échangeant compte-rendus et informations directement par courrier électronique.messagerie 1 356 Si les médecins ont, depuis quelques temps déjà, l’habitude d’échanger des données via des messageries « classiques », la confidentialité des données et le respect du secret médical - éléments primordiaux de notre pratique - doivent absolument être respectés.

Une messagerie sécurisée n’est pas obligatoire dans sa pratique mais, si utilisation d’une messagerie il y a, l’hébergeur de la messagerie doit obligatoirement répondre aux contraintes réglementaires de sécurité des échanges et de stockage de données de santé auxquelles est tenu le médecin. En effet, plusieurs lois encadrent la protection des données sensibles :

Il y a 2 manières de l'utiliser :

    • comme une messagerie classique (outlook, thunderbird,..), mais dédiée à des échanges médicaux sécurisés,
    • directement dans son logiciel métier, ce qui nécessite une interface (développée par l'éditeur du logiciel ou par celui de la messagerie), mais cela n'est pas toujours disponible et pas toujours inclus dans l'abonnement de base ...

Pour l’URPS médecins libéraux Nouvelle Aquitaine, certains critères préliminaires sont nécessaires pour faciliter la diffusion de ce type de messagerie :

    • interfaçage avec le logiciel métier du praticien,
    • intégration directe des courriers (confrère/hospitalisation) et des résultats paracliniques (biologie/radiologie/anatomo-pathologie/) dans les dossiers patients - et inversement, un compte rendu disponible dans le dossier patient doit pouvoir être directement adressé à un confrère,
    • notification des nouveaux messages sur les mobiles (téléphone, tablette,...).

Attention ! Il ne faut pas nier les inconvénients possibles des messageries, liés principalement aux difficultés techniques lors de l’installation du système :

    • système d'exploitation, et en particulier les différentes versions de windows,
    • compatibilité avec les différentes installations en cabinet de groupe,
    • connectivité avec la carte vitale,
    • logiciels de programmation annexes, comme java et ses mises à jour nécessaires,
    • enfin et surtout, les bugs dont il faut attendre les correctifs.

Tout ceci fait qu'une messagerie sécurisée a un coût - financier, mais aussi en temps et énergie - tout en se révèlant un outil précieux après un bon choix, paramétrage et apprentissage.

Les protagonistes

MSSanté

Service instauré en 2012 par les pouvoirs publics (ASIP), impliquant maintenant l'ASIP, l'Ordre national des médecins, et bientôt l'assurance maladie (CNAM).espace confiance mssante 500

L'objectif est de créer pour les professionnels de santé un "espace de confiance", leur permettant de communiquer entre eux de manière sécurisée via leur messagerie compatible ou le système de messagerie MSSanté. Cet "espace de confiance" permet l'accès à un répertoire partagé fiable de professionnels de santé (RPPS).

Technique : pas de chiffrement des messages, mais cheminement de bout en bout par des "canaux sécurisés".

Forte présence en milieu hospitalier, en raison de la directive DGOS du 23 décembre 2014 "tous les établissements doivent rendre la messagerie électronique qu’ils utilisent compatible avec
le système des messageries sécurisées MSSanté, avant la fin 2015".

Logiciels compatibles

Information communiquée par les 3 GCS de la grande région Nouvelle Aquitaine (GCS Esanté Poitou-Charentes, TéléSanté Aquitaine, Epsilim) au 01/11/2016.

Logiciels médecins

testés et validés (*)

 Intégration de la biologie HPRIM (**)

(via messagerie du GCS ou MSSanté)

 Module MSSanté dédié (***)

(développé par l'éditeur)

 AAtlantide  non testé  oui
 AlmaPro  oui
 Axisanté  oui  oui (aximessage)
 Crossway  oui  oui
 HelloDoc  oui  oui (HelloDoc Mail)
 Docware  oui  oui
 medi 4000 (Santé 4000)  oui  oui d"apès l'éditeur (non testé)
 MedicalNet  oui
 Medicawin  oui  oui d'apès l'éditeur (non testé)
 Mediclick  oui  2017 (d'apès l'éditeur)
 Medycis  oui
 Mon logiciel médical  oui  oui
 Xmed  oui

(*) D'autres logiciels peuvent être compatibles (MSSanté, intégration résultats laboratoire…) mais n’ont pas encore été testés faute de demande
(**) Exemple pour Médiclick (principe de fonctionnement identique pour tous les logiciels) : le laboratoire envoie un résultat de biologie sur la messagerie sécurisée du médecin. Dès réception, le fichier HPRIM est déposé dans un répertoire (répertoire de récupération des résultats de biologie de Médiclick). Sur Médiclick, le médecin va dans « Résuclick », le résultat de laboratoire est disponible avec les informations patient affichées et une correspondance fiche patient. Le médecin a simplement à ranger en cliquant sur « mettre à jour l’examen » ou « créer l’examen » ; la fiche patient est alors mise à jour automatiquement par rapprochement s’il n’y a pas de litige sur l’identité.
(***) IMPORTANT : l’existence d’un tel module n’est pas obligatoire pour avoir une intégration de la MSSanté dans le logiciel. En effet, il est possible, de déposer les comptes rendus et les résultats de laboratoire dans le dossier de récupération du logiciel métier, sans module de messagerie développé par l’éditeur

Apicrypt

Le système de messagerie Apicrypt a été créé en 1996 par des médecins libéraux dunkerquois (société APICEM), pour mettre en relation tous les professionnels de santé (médicaux/paramédicaux).

présente les caractéristiques de sécurité et d'ergonomie nécessaires au cadre de la pratique médicale.

Fonctionnement

Les messages sont cryptés, sans decrypage durant leur cheminement.

La messagerie APICRYPT utilise un système d’alias pour la réception du courrier. L’adresse email publique est invariable - fournie par l’APICEM elle n’est qu’un simple pointeur vers une boîte email.
Afin de garantir à l’utilisateur le caractère professionnel de la messagerie, seuls les messages cryptés sont acceptés par les serveurs APICRYPT : par conséquent, tous les messages à caractères commerciaux sont rejetés.
Le système APICRYPT ne nécessite pas d'échange de clef avec ses correspondants et ne nécessite pas la carte vitale du praticien.Schema apicrypt 500

L’algorithme de cryptage APICRYPT peut être intégré soit dans les applications fournies par l’APICEM, soit directement dans les logiciels médicaux (ce qui est d'une grande simplicité pour le praticien).

Evolution

La société Apicem (développeur d'Apicrypt) travaille sur l'interopérabilité d'Apicrypt avec MS Santé.

Répartition géographique

Trés hétérogène selon les territoires ! Il suffit qu'un centre hospitalier transmette avec une messagerie sécurisée (MSSanté) pour avoir un noyau d'utilisateurs libéraux dans le bassin de population correspondant.

Utilisation des 2 messageries ?

Possible avec certains logiciels !, par le biais de modules souvent payants - paramétrage particulier à prévoir.

Synthèse


Messageries APICRYPT MSSanté
 Projet : origine/gestion

 des médecins (APICEM) pour des médecins  ASIP/CNAM/ordre médecins
 Intégration dans le logiciel métier

 directe

 par module, parfois payant (voir son éditeur)

 Intégration de la biologie

 directe  par module, parfois payant
 Nbre de logiciels métiers compatibles

 102     (01/11/2016)  13    (01/11/2016)
 Utilisation sur les mobiles

 oui  en test
 Annuaire des praticiens

 par APICEM, avec géolocalisation  répertoire RPPS
 Carte vitale médecin nécessaire

 non  au moins la première fois
 Contraintes techniques

 peu ou pas  java, module d'intégration
 SAV

 APICEM

 - lundi au vendredi : 8h à 19h

 - samedi : 9h à midi

 GCS Esanté régional
 Coût

 - praticien seul : 72€/an

 - cabinet de groupe : voir ici

 pas de cotisation pour la messagerie, mais module d'intégration parfois payant
  • L'URPS médecins libéraux de la Nouvelle Aquitaine a fait du soutien au déploiement de la messagerie sécurisée une de ses priorités pour l’année 2016.
  • Informé des avantages et inconvénients de chaque système, des compatibilités avec son logiciel métier et avec son environnement (type de messagerie utilisée par ses correspondants, libéraux ou hospitaliers, ...), chacun doit pouvoir faire son choix selon ses méthodes de travail.

MAJ : novembre 2016

ARS, pilote unique de la politique de santé en région

Créées en 2009 par la loi HPST, les Agences Régionales de Santé (ARS) sont le regroupement des volets sanitaires de 7 structures dans le but de créer un interlocuteur unique, nouvelle autorité du système de santé en région :

  • ARH - Agence Régionale de l'Hospitalisation,Logo ARS NA 200
  • DRASS - Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales,
  • DDASS - Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales,
  • URCAM - Union Nationale des Caisses d'Assurance Maladie,
  • GRSP - Groupement Régional de Santé Publique,
  • MRS - Mission Régionale de Santé,
  • CRAM - Caisse Régionale d'Assurance Maladie.

L'Agence Régionale de Santé Nouvelle Aquitaine issue de la fusion des ARS d'Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes a vu le jour le 1er Janvier 2016. Son siège se situe à Bordeaux, avec 12 délégations départementales.

Cette instance est l'interlocuteur de santé d'une population de 5,8 millions d'habitants répartie sur le territoire le plus vaste de France métropolitaine.

Mettre en œuvre un ensemble coordonné de programmes et d'actions

Les missions d'une ARS

  • déclinaison régionale de la politique de santé publique dans les domaines de la santé au travail, la santé scolaire et universitaire, la protection maternelle et infantile,
  • régulation, organisation et orientation de l'offre de santé afin de garantir l'efficacité du système de santé.

Champs d'intervention

  • prévention des risques et la promotion de la santé,
  • veille et sécurité sanitaire,
  • organisation de l'offre de soins,
  • amélioration du parcours de santé des usagers.

Liens entre URPS et ARS

L'URPS est l'interlocuteur de l'Agence Régionale de Santé en ce qui concerne les relations avec les médecins libéraux.

L'ARS et l'URPS médecins libéraux travaillent en partenariat suivant les conditions définies par la loi HPST.

Projet régional de Santé

La stratégie de l'ARS est définie et exprimée dans le Projet Régional de Santé (PRS), élaboré pour 5 ans (2012/2016).

Qu'est ce qu'un PRS ?

"Le projet régional de santé définit les objectifs pluriannuels des actions que mène l’agence régionale de santé dans ses domaines de compétences, ainsi que les mesures tendant à les atteindre » (Loi HPST 2009)".

PRS de la Nouvelle Aquitaine

Le travail d'élaboration du nouveau PRS de la Nouvelle Aquitaine devrait être engagé prochainement, suite à l'installation des instances de démocratie sanitaire (notamment la CRSA) avec des objectifs attendus pour la nouvelle région :

  • une emprise territoriale au service de l'égalité d'accès à des soins de qualité
  • une stratégie de parcours de soins réaffirmée et renforcée
  • le développement de la prévention et la promotion de la santé

En attendant le nouveau PRS, les anciens PRS des trois régions sont toujours d'actualité.

Projet Régional de Santé Aquitaine 2012-2016

L'Aquitaine (6 territoires sur 12 de la région Nouvelle Aquitaine) est un territoire de contrastes.
L'ARS Aquitaine en 2012 afin de lutter contre les maladies chroniques, les difficultés liées au vieillissement et la perte d'autonomie s'est donné comme objectifs :

  • développer la prévention,
  • garantir une meilleure sécurité et qualité des soins,
  • progresser sur l'articulation des professionnels de santé avec les établissements de santé et les structures médico-sociales.

Bilan à mi-parcours :

  • "tout au long de cette première phase de mise en œuvre du PRS, les réalisations ont porté sur les priorités de santé telles que la lutte contre la désertification médicale, la meilleure prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, la santé environnementale".
  • "un certain nombre de plans ont été structurés et leur mise en œuvre a été engagée : programme Manger mieux, bouger plus en Aquitaine, programme de développement de l’éducation thérapeutique, cahier des charges de la permanence des soins ambulatoires, politique régionale du médicament..."
  • "beaucoup de défis nous font face : le renforcement de notre action en matière de prévention, la poursuite du développement des parcours de santé pour mieux prendre en compte le développement des maladies chroniques, l’augmentation des situations de dépendance, la prise en compte des personnes les plus éloignées de la santé." (Michel Laforcade - Directeur général de l'ARS Aquitaine - 2015).

territoires sante aquitaine 2010

Projet Régional de Santé Limousin 2012-2016

Le Limousin (1 territoire sur 12 de la région Nouvelle Aquitaine) est un territoire d'inégalités territoriales et sociales.

L'ARS Limousin, a établi pour le PRS 2012-2016, trois axes stratégiques structurants :

  • agir favorablement sur les déterminants socio environnementaux de santé.
  • garantir l’accès pour tous, sans perte de chance, à une offre de santé de qualité:
    • prévention : éducation à la santé/dépistage/vaccination/éducation thérapeutique/Veille et alerte sanitaires,
    • soins hospitaliers et ambulatoires,
    • accompagnement et soins médico-sociaux.
  • garantir la continuité et la lisibilité de la prise en charge dans le respect du droit des usagers.

territoires sante limousin 2013

Projet Régional de Santé Poitou-Charentes 2012-2016

Le Poitou-Charentes (5 territoires sur 12 de la région Nouvelle Aquitaine) est un territoire à prédominance rurale avec un étalement urbain important.

L'adoption en 2011 du PRS Poitou-Charentes s'est donné comme objectifs de "développer, en cohérence avec le parcours de vie des personnes, des coopérations transversales entre les secteurs de prise en charge, et coordonner les politiques pour favoriser les synergies favorables à la santé des Picto-charentais " (François Fraysse - Directeur général par intérim de l'ARS Poitou-Charentes - 2015)

Pour cela, la région a travaillé sur 8 thématiques dominantes :

  • la mise en oeuvre du Pacte Territoire-Santé,
  • le développement de la chirurgie ambulatoire avec la promotion de la chirurgie ambulatoire auprès des professionnels de santé et auprès des patients,
  • le déploiement des Méthode d'Action pour l'Intégration des services d'Aides et de soins dans le champs de l'Autonomie (MAIA),
  • le dépistage et la prise en charge précoce des troubles envahissants du développement (TED),
  • la mise en place du Plan régional Santé-Environnement 2 (PRSE2),
  • le développement des systèmes d'information en santé,
  • le développement d' une politique régionale des ressources humaines en santé,
  • la priorisation de la prévention en santé mentale et en addiction.

territoires sante poitou 2010

punaise rouge 20  Janvier - Formations de maitre de stage - dates et lieux pour 2017

"Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je rendrai à leurs enfants l’instruction que j’ai reçue de leurs pères "

Jusqu'en 1988, avec la réforme du troisième cycle des études médicales, entrer en médecine c'était étudier à la faculté et apprendre à l'hôpital.

Depuis 2004, la formation des spécialistes en médecine générale bénéficie d'une filière spécifique. Cependant, le constat d'une pratique libérale qui diffère par de nombreux points de l’activité hospitalière -  pathologies spécifiques de premier recours, gestion d’une « mini-entreprise », rentabilité, charges administratives, parfois isolement - a motivé, en 2009, la création du statut de maître de stage des universités (MSU). Ce statut, qualifiant les praticiens qui s'engagent à accueillir des internes, permet aux étudiants de recevoir une formation universitaire sur leur lieu d'exercice futur, le cabinet d'un praticien libéral.

De fait, pour la médecine générale comme pour les autres spécialités - le jeune diplômé qui n’a pas eu de contact avec ses confrères libéraux peut se retrouver désorienté et isolé lors de ses premiers remplacements. Ce facteur de méconnaissance de l’activité libérale est clairement identifié comme un frein à l’installation et donc comme un élément participant directement à l’apparition de déserts médicaux !

Depuis 2011, l'organisation des stages ambulatoires en médecine générale est bien établie, en alternance avec les stages hospitaliers.

Actuellement les étudiants qui obtiennent leur diplôme d études spécialisées (DES) en médecine générale ont bénéficié de 1 ou 2 semestres sur 6 effectués en dehors de l'hôpital. maitre stage 3 500Si l'intérêt pour l'étudiant à se confronter à des situations qui seront celles de son exercice n'est plus à démontrer, il est aussi connu qu'il y a un intérêt pour un médecin à devenir MSU : amélioration globale de sa pratique, modification de son organisation de travail, transmission de l'expérience, prévenir le burn-out, mettre à jour ses connaissances, trouver un remplaçant ou un successeur ... - cette fonction est valorisante et indemnisée.

Toutefois, la filière de médecine générale se retrouve aujourd'hui confrontée à diverses tensions organisationnelles, dont celle de remplacer les MSU partant à la retraite, d'accueillir et former de nouveaux maîtres de stage, ...

L'URPS, consciente de l'importance de la formation des médecins de demain et forte de son engagement dans la lutte contre les déserts médicaux est particulièrement investie dans la formation des maîtres de stage des universités (MSU), leur recrutement et leur reconnaissance.

En 2016, il ya 8.550 MSU en médecine générale, dont 7.238 en troisième cycle et 4.501 en second cycle - certains recevant les 2 cycles.

1- Les pactes "territoire santé"

Dans le Pacte Territoire Santé 1 présenté en 2012, le premier engagement pour changer la formation et faciliter l’installation des jeunes médecins consistait à rendre systématique le stage en médecine générale.

En 2016, le Pacte Territoire Santé 2 amplifie les actions débutées en 2012 en élargissant l’accès aux stages en médecine de ville aux étudiants d’autres spécialités, comme la dermatologie ou la pédiatrie. Ce nouveau pacte propose également :

  • une augmentation significative du nombre de médecins libéraux enseignants,
  • une revalorisation de la rémunération versée aux maîtres de stage.

2- Stage de deuxième cycle (DFASM 3-4) en médecine générale

  • Durée : six à huit semaines à temps plein, ou de douze à seize semaines à mi-temps
  • Objectifs :
    • appréhender la relation médecin-patient en médecine générale et la place du médecin généraliste au sein du système de santé,
    • se familiariser avec la démarche clinique en médecine générale, la sémiologie des stades précoces des maladies et des maladies prévalentes en ambulatoire - entretien avec le patient, analyse des informations recueillies, examen clinique médical, démarche diagnostique, prescription, suivi d'une mise en œuvre et coordination d'une thérapeutique,
    • se familiariser avec la démarche de prévention et les enjeux de santé publique,
    • appréhender les notions d'éthique, de droit et de responsabilité médicale en médecine générale ambulatoire,
    • appréhender les conditions de l'exercice de la médecine générale en structure ambulatoire, le cas échéant pluriprofessionnelle,
    • appréhender la prise en charge globale du patient en liaison avec l'ensemble des professionnels dans le cadre d'une structure ambulatoire de premier recours,
    • comprendre les modalités de gestion d'une structure ambulatoire.
  • Progression :maitre stage1 424
    • phase d'observation active,
    • phase semi-active avec supervision directe,
    • éventuellement, phase active en autonomie partielle.
  • MSU : binôme ou trinôme de MSU chargés d'accompagner l'externe dans l’acquisition du savoir-faire clinique et l’apprentissage au raisonnement clinique
  • Formation requise : S2 - " encadrement des externes en médecine générale "
  • Rémunération : 525 euros par étudiant pour les 6 semaines, répartis au prorata entre 2 ou 3 médecins généralistes chargés de la formation
  • Comment devenir MSU pour stage de 2ème cycle ?
    • activité professionnelle depuis au moins 1 an (remplacements inclus),
    • remplir un dossier de candidature,
    • avoir reçu l'agrément avec signature du doyen de la faculté, après avis du coordinateur du Département de Médecine Générale (DMG) de l'université. Agrément provisoire 1 an puis 5 ans,
    • avoir signé la charte du Maître de stage,
    • avoir suivi les formations requises.
  • En savoir plus ...

3- Stage de troisième cycle en médecine générale - niveau I

  • Durée : 6 mois
  • Objectif : mise en autonomie progressive de l'interne en médecine
  • Progression :
    • phase d'observation,
    • phase semi-active avec une surpervision directe,
    • phase active avec supervision indirecte (maximum 3 actes par jour).
    • en parallèle, réalisation de travaux de réflexion (traces d'écriture d'apprentissage) avec aide pédagogique et matérielle. Evaluation finale par le MSU.
  • MSU : supervision totale de l'interne avec confrontation aux 11 situations prototypiques (lien) qui couvrent l’exercice en médecine générale.
  • Formations requises :
    • S1 : " Initiation à la maîtrise de stage en troisième cycle de médecine générale",
    • S3 : " Supervision directe en maîtrise de stage ",
    • +/- S4 (validée ou en projet) : " Supervision indirecte en maîtrise de stage ".
  • Rémunération : 600 euros par mois, répartis entre MSU chargés de la formation. Ajoutés aux facturations des actes effectués par l'interne en autonomie (maximum 360 actes/6mois).
  • Comment devenir MSU pour stage de 3ème cycle ?
    • activité professionnelle depuis au moins 3 ans (remplacements inclus),
    • remplir un dossier de candidature avec mode d'exercice et RIAP,
    • avoir reçu l'agrément soumis au CDOM et à l'ARS. Agrément provisoire 1 an puis 5 ans,
    • avoir signé la charte du Maître de stage,
    • avoir suivi les formations requises.
  • En savoir plus ...

4- Stage de troisième cycle en médecine générale - niveau II : Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée (SASPAS)

  • Durée : 6 mois
  • Objectifs : exercice professionnel en autonomie supervisée avec sa file active de patients
  • Progression : phase d'autonomie complète avec supervision indirecte et différée (supervision directe si besoin) avec évaluation finale
  • MSU : le MSU doit un engagement pédagogique au sein du Département de Médecine Générale (DMG) pendant la présence de l'interne en autonomie complète à son cabinet :
    • en effectuant une formation personnelle,
    • en organisant des formations,
    • en participant à des activités pédagogiques en lien avec le DMG (ED, tutorat, travaux de recherche, thèse).
  • Formations requises :
    • S4 : " Supervision indirecte en maîtrise de stage ",
    • et/ou S5 "SASPAS : supervision du futur médecin généraliste en stage ambulatoire " sur 2 jours sous forme de séminaire.
  • Comment devenir MSU pour stage de 3ème cycle ?
    • activité professionnelle depuis au moins 3 ans (remplacements inclus),
    • remplir un dossier de candidature avec mode d'exercice et RIAP,
    • avoir reçu l'agrément soumis au CDOM et à l'ARS. Agrément provisoire 1 an puis 5 ans,
    • avoir signé la charte du Maître de stage,
    • avoir suivi les formations requises.
  • Rémunération : 600 euros par mois répartis entre MSU chargés de la formation. Ajoutés aux facturations des actes effectués par l'interne en autonomie.
  • En savoir plus ...

5- Stage de troisième cycle en médecine générale - niveau III : Stage Ambulatoire validant la gynécologie et la pédiatriestage medecine 1 500

  • Durée : 6 mois (8 demi-journées par semaine)
  • Objectifs : développer des compétences dans le suivi et la prise en charge des situations cliniques de santé de la femme et de l'enfant
  • Progression : phase progressive d'autonomie complète avec phase d'observation, puis phase de supervision directe puis indirecte avec évaluation finale
  • MSU : le binome ou trinome de MSU encadrant doit permettre une exposition de l’interne au cours du stage à un grand nombre de situations cliniques de pédiatrie ou de gynécologie, d'où pour les MSU :
    • un RIAP (relevé individuel d’activité professionnel), attestant d'au moins 25% de consultations de patients de moins de 16 ans,
    • pour la gynécologie, un membre du binôme ou trinôme encadrant ayant une activité accès sur la santé de la femme quasi exclusive : généraliste avec activité orientée, sage-femme ou gynécologue de ville, centre de consultation de la femme.
  • Formations requises :
    • S1 et S3 + S4 « Supervison indirecte en maîtrise de stage »,
    • et/ou S5 « SASPAS : supervision du futur médecin généraliste en stage ambulatoire » sur deux jours sous forme de séminaire.
  • Comment devenir MSU pour stage de 3ème cycle ?
    • activité professionnelle depuis au moins 3 ans (remplacements inclus),
    • remplir un dossier de candidature avec mode d'exercice et RIAP,
    • avoir reçu l'agrément soumis au CDOM et à l'ARS. Agrément provisoire 1 an puis 5 ans,
    • avoir signé la charte du Maître de stage,
    • avoir suivi les formations requises.
  • Rémunération : 600 euros par mois, répartis entre MSU
  • En savoir plus ...

6- Maitrise de stage dans les autres spécialités médicales - ça progresse !

La maîtrise de Stage (MDS) en Spécialités bénéficie en Nouvelle Aquitaine (NA) de l’élan des mises en œuvre préalables dans les 3 régions antérieures (Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes), ainsi que de l’application de l'instruction interministérielle DGOS/DGESIP no 2015-165 du 6 mai 2015 relative au développement des stages en ambulatoire dans le cadre des semestres libres prévus par les maquettes de formation de certains diplômes d’études spécialisées de médecine, confortant le stage en ambulatoire des étudiants en cycle 3 des études médicales.
Les internes sont de plus en plus demandeurs de stages en ambulatoire, quelle que soit la spécialité.

Etat des lieux de chaque région de Nouvelle Aquitaine

Aquitaine

En Aquitaine, 2 spécialités accueillent déjà des internes de spécialité en stage validant, 1 interne en pédiatrie et 1 interne en gynécologie médicale. La demande s’élargit à la psychiatrie, l’endocrinologie, la neurologie, etc...
Ces internes sont reçus chacun par 3 maîtres de stage (4 en gynécologie) ayant suivi une formation validante à la maîtrise de stage en spécialité (formation habituelle de 2 jours ou formation en 3 soirées pour la gynécologie médicale – sur le modèle alors de la médecine générale).
De plus de nombreux internes de spécialités sont accueillis en hospitalisation privée à Bordeaux (radiologie, cardiologie, pneumologie, chirurgie générale et urologique, etc).

Limousin

En Limousin, nous n’avons pas connaissance de stage d’interne de spécialité en ambulatoire.pediatrie1 500

Poitou-Charentes

En Poitou-Charentes, l’accueil a débuté par la pédiatrie qui aborde sa 5ème année de stage. 14 maîtres de stage ont été formés par l’association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) à l’accueil d’internes et 12 internes ont bénéficié à ce jour d’une formation validante en libéral. 3 postes d’internes en ambulatoire sont proposés en permanence en expérimentation par l’ARS. C’est le stage le plus plébiscité par les internes et, selon eux, le mieux encadré pédagogiquement parlant !
En pédiatrie, l’exercice libéral est éloigné de l’exercice hospitalier - en ce sens, le stage ambulatoire est très formateur et complémentaire du stage hospitalier. La prochaine réforme des études médicales tiendra compte de cette spécificité de l’exercice libéral en introduisant plusieurs niveaux de stages ambulatoires.

S’en est suivi un besoin de création de lieu de stage en dermatologie afin d’étoffer l’offre de formation pour la maquette de cette spécialité en région Poitou Charentes. 13 Maîtres de Stage ont ainsi été formés par l’AFPA sous l’impulsion et l’aide de l’URPS-ML Poitou-Charentes en octobre 2013. Un 3ème interne sera reçu en stage au semestre prochain (2017).
Des tentatives sont en attente en psychiatrie et cardiologie.

Perspective

Pour l’heure, cette initiative demeure liée au bon vouloir de chaque faculté et dépendante de chaque CHU. C’est pourquoi les négociations doivent se poursuivre au niveau de chaque faculté de médecine.
Le groupe de travail ‘Maîtrise de stage en spécialités’ entend bien étendre le bénéfice du stage ambulatoire à toutes les spécialités désireuses de se lancer dans l’aventure.
C’est aussi un changement de paradigme pour les maîtres de stage qui deviennent ainsi avec bonheur des pédagogues, des enseignants, des « passeurs de savoir et d’expérience ». Sans oublier d’être aussi des « passeurs d’activité libérale » pour une nouvelle génération de médecins.

Dans cette dynamique, nous comptons mettre en œuvre :

  • un état des lieux complet des demandes d’interne sur tout le territoire de la Nouvelle Aquitaine,
  • rédiger un petit « mémento du parfait maître de stage » donnant toutes les indications utiles pour faire aboutir le projet de stage ambulatoire,
  • aider à toutes les démarches nécessaires à la mise en place concrète des stages (former des maîtres de stage, obtenir l’accord des doyens de faculté et des ARS, valider les objectifs de stage avec les sociétés savantes concernées, etc...)

En conclusion

Développer le stage ambulatoire est bon pour les étudiants et pour les médecins - peu de contraintes et beaucoup d'avantages.

Cette fonction, valorisante et indemnisée, nécessite une formation pédagogique préalable.

L'URPS s'investit, avec l'université, dans cette action de formation des futurs praticiens libéraux.

logo medecinmsu 200

Sources


MAJ : octobre 2016